Conférence …

Le 12 décembre 2018 , j’ai participé aux conférences Vendée Talks 2018 organisées par LE CERA et St GAB . Voici le texte de ma contribution …

 

Provoquer l’avenir avec la Sérendipité Intentionnelle©

 

Je voudrais commencer par vous poser une question :

  • Aujourd’hui, .. ou ces derniers jours, … qu’est-ce que vous avez vécu .. de surprenant, d’inattendu, d’imprévu ?

Moi, je me pose cette question le plus souvent possible.

Parce que, depuis que je suis gamin , je suis fasciné par cette histoire que l’on m’a racontée , l’histoire d’un grand navigateur , au quinzième siècle , qui cherchait une nouvelle route pour les Indes et qui aurait découvert l’Amérique ! Et c’était totalement imprévu !

Peter Drucker, pape du management moderne, a consacré un livre à l’innovation. Il y décrit 7 sources d’innovation et il affirme que la première source d’innovation c’est justement l’imprévu  , l’inattendu.

Depuis , j’ai appris que cela s’appelle la Sérendipité ! La Sérendipité c’est le fait de trouver quelque chose que l’on ne cherchait pas.

Sé-ren-di-pi-té, le mot sonne un peu bizarre, mais il n’y en a pas d’autre. On parle quelque fois de hasard ,  de chance … mais la sérendipité c’est quelque chose de bien plus complexe et de bien plus riche que seulement du hasard ou de la chance.  Quelque chose qui a à voir avoir l’inattendu, l’imprévu, avec l’inconnu. …

Il y a un peu plus de soixante ans, à Marcq-en-Baroeul, dans l’usine Delespaul-Havez, on faisait des caramels. Les responsables ont eu l’idée d’associer le cacao et le caramel … juste parce qu’ils avaient un surplus de cacao. Une des machines de l’usine s’est déréglée, et les caramel sont sortis en barre , des caramels en barre : ils avaient créé à la fois le Carambar et  la machine à faire les Carambar … sans étude de marché, sans R&D, … surprenantinattendu, imprévu !.

Dans les années 60, chez 3M , un chercheur , Spencer Silver , travaillait à des adhésif « plus grands, plus résistants, plus forts » … il ne cherchait pas une colle qui ne colle pas !! et qui a pu , quelques années plus tard , donner le Post-It(c)  … surprenantinattendu, imprévu !.

Il existe des dizaines et des dizaines d’exemples célèbres : c’est l’histoire de la découverte de l’Amérique, du Brésil, de la pénicilline par Fleming, de la grotte de Lascaux.  C’est aussi le Velcro, le Kevlar, l’aspartame, le Nutella, le VTT, le camping-car, le combi Volkswagen, le nylon, le téflon, le four à micro-ondes, la tarte Tatin, …,  avec parfois une part de légende sans doute.

On trouve quelque chose en cherchant autre chose, on trouve par erreur, par maladresse, on trouve parce qu’il manque quelque chose (c’est l’innovation frugale) ou au contraire parce qu’il y en a trop, on trouve en observant la nature (c’est le bio mimétisme), on trouve en écoutant et en observant les salariés, les clients, et on peut même quelquefois trouver sans chercher !

Ce qui me plait dans la sérendipité , c’est de  s’intéresser  à ce que l’on trouve ! Et ce qui est formidable, c’est que puisqu’il s’agit de découvertes , les temps d’étude, de recherche, de conception, de tests sont considérablement réduits …

Alors, pourquoi est-ce que l’on n’en parle pas davantage ?

C’est la première source d’innovation : combien d’heures de cours, combien d’heures d’entrainement au collège, au lycée ? pourquoi est-ce qu’on ne l’enseigne pas ?

Louis Pasteur a dit : « le hasard ne favorise que les esprits préparés »

Moi j’avais bien l’intention d’être un esprit préparé … je travaille sur ce concept depuis plusieurs années… et je m’entraine pour développer et encourager une posture particulière …

Pourquoi et comment peut-on se préparer à l’imprévu, à l’inattendu ?

Ce que je propose, c’est d’apprivoiser l’inconnu , d’apprécier l’imprévu … et, surtout, d’en faire quelque chose.

Oui, parce que j’ai appris que l’on m’avait raconté des bêtises :

Christophe Colomb n’a jamais , jamais découvert l’Amérique … il est bien arrivé du côté des Antilles en octobre 1492, mais jusqu’à sa mort, 14 ans plus tard, il a toujours proclamé être arrivé aux Indes … comme prévu ! parce que c’est ce qu’il cherchait ! ce qu’il avait prévu et qu’il ne pouvait pas s’en détacher.

J’ai un contre-exemple : dans les années 90 , les chercheurs des laboratoires Pfizer travaillaient sur un médicament pour traiter une maladie cardiaque, l’angine de poitrine … le médicament était en test auprès de groupes de femmes et d’hommes … et là une partie de la population masculine a fait état d’effets secondaires imprévus … Et c’est ainsi que les chercheurs ont su qu’ils avaient trouvé un médicament contre l’impuissance, et que Pfizer a gagné beaucoup d’argent, avec le Viagra !  Ça peut paraitre évident aujourd’hui, mais on peut très bien imaginer que ce n’était pas forcément facile pour les chercheurs d’abandonner leur piste première, de peut-être confier à d’autres les nouveaux développements, et que certains auraient pu préférer corriger les effets secondaires, ou documenter la notice  … « ce médicament peut provoquer, chez certains sujets de sexe masculin des effets secondaires indésirables, … . » !! …  et bien non , ils ont eu plus de lucidité que Christophe Colomb !

C’est pourquoi, après ma question «  qu’est-ce que j’ai vécu de surprenant, inattendu, imprévu … » je vous propose quatre autres questions essentielles:

  1. Qu’est ce qui s’est passé ? en détail et en détail
  2. Qu’y avait-il de positif ? sinon ça m’intéresse peu, c’est un choix
  3. Qu’est-ce que cela m’apprend ?
  4. Et surtout : Qu’est-ce que je peux en faire ?

Et là , plus je pratique  ce petit exercice , et plus je transforme l’imprévu en saisie d’opportunités.

Et si j’en fais quelque chose, à partir de l’inattendu je fabrique de l’innovation.

Et si je le pratique souvent, j’en fais une posture du quotidien … Une posture qui permet une innovation de tous les instants, sur tous les sujets.

C’est ce que le sociologue Norbert Alter appelle L’innovation Ordinaire ! C’est une innovation ouverte, en particulier à ceux dont ce n’est pas le métier (R&D, marketing).

Ce n’est pas naturel

Pour la plupart d’entre nous, nous nous appuyons sur une éducation ( bien « cartésienne » et un peu binaire) et nous avons entendu le message  « Manager , c’est prévoir ».

De ce fait, face à l’imprévu nous développons au moins deux réflexes :

  • Premièrement , la crainte, la peur de l’inconnu
  • Et deuxièmement, c’est lié, la fameuse résistance au changement.

Et bien, grâce à sérendipité, avec un peu d’entrainement, on peut transformer cette énergie de « résistance au changement » en quelque chose qui serait plutôt de la souplesse, et qui se traduit par un réflexe positif : quel apprentissage, quelle innovation , y a-t-il à observer, à découvrir ?

Et je trouve dans la sérendipité tellement de richesse, je trouve ça tellement surprenant, tellement positif que je n’ai qu’une envie : en rencontrer plus souvent !

C’est ce que j’appelle la Sérendipité Intentionnelle :

La sérendipité Intentionnelle , c’est une posture qui favorise l’émergence de l’inattendu , le plus souvent possible !

C’est à la fois très simple et pas toujours facile à mettre en œuvre

Parce que la sérendipité intentionnelle, c’est un oxymore, c’est une posture en paradoxe:

  • Premièrement, du lâcher-prise et de l’humilité: accepter les faits, prendre le temps d’écouter, d’observer, de découvrir,
  • Et deuxièmement, en même temps, de l’action: mise en œuvre, développement, innovation.

Pour cela, je m’appuie sur une autre question , que nous pouvons partager :

Demain, dans les jours qui viennent, qu’est-ce que je vais faire, qu’est-ce que je vais mettre en œuvre, pour susciter la sérendipité …  pour rencontrer quelque chose de surprenant, d’inattendu, d’imprévu ? et, bien sûr, espérer pouvoir en faire ou en apprendre quelque chose.

Alors on peut se donner des petits exercices extrêmement simples … je pourrai aussi vous en proposer de plus sophistiqués , et d’autres que l’on peut jouer avec des équipes , notamment en entreprise…

Aussi , avant de vous quitter je voudrais illustrer par trois exemples très faciles , que chacun peut mettre en œuvre :

  1. Tout d’abord, l’avenir , ça commence tout à l’heure. Alors, tout à l’heure, en sortant des conférences, je vous propose d’échanger avec des personnes que vous ne connaissez pas … et plus particulièrement avec des personnes assez différentes de votre entourage habituel !
  2. Puis, dans les jours qui viennent, je vous propose de laisser une demi-journée, ou une journée, totalement vide sur votre agenda : rien de prévu … pour laisser place à l’imprévu.
  3. Et dans les mois qui viennent , je vous suggère de vous inscrire à toutes les soirées du CERA… même si , ou surtout si , le sujet est assez éloigné de vos préoccupations habituelles.

Et comme vous trouverez ça très riche, et très amusant, j’en suis sûr, vous chercherez comme moi d’autres astuces pour susciter le changement , trouver des solutions qui émergent  de l’inconnu et de l’inattendu.

Le thème de cette soirée c’est : La meilleure façon de prédire l’avenir est de le créer !

De toutes façons on ne pourra pas prévoir cet avenir , de plus en plus complexe et incertain.

Mais surtout , à trop prévoir, on risquerait de pas se rendre compte que ce que l’on a trouvé c’est l’Amérique !

En complément de la créativité,  le travail sur la sérendipité nous apprend que cet avenir, cet inconnu qu’il nous faut apprivoiser , c’est surtout un réservoir incroyable d’opportunités à DECOUVRIR ! puis exploiter.

Et, pour susciter l’inattendu,  avec les outils de la sérendipité intentionnelle , je vous assure que l’avenir, c’est un inattendu que nous pouvons PROVOQUER !

Ma méthode pourrait tenir en quelques mots sur un Post-It :

  • Provoquer l’inattendu,
  • Observer
  • Utiliser

L’avenir commence dans quelques secondes … alors je vous laisse en vous proposant que nous devenions des PROVOCATEURS DE L’AVENIR !

Merci de votre attention,

Jean-Yves GERMAIN /  jy.germain@gmail.com

 

Publicités

Découverte

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux »

Marcel PROUST (A la recherche du temps perdu)

… avoir de nouveaux yeux, apprendre à adapter et à renouveler son regard, ne serait-ce pas là aussi une des « recettes » de l’innovation à base de sérendipité ? …